Monuments historiques en Gironde

Phare (Lège-Cap-Ferret)

Le phare dénommé à l'origine « Phare d'Arcachon » est construit à partir de 1836 sur la presqu'île du Cap Ferret. Le hall d'entrée est décoré de mosaïques signées du maître verrier Auguste Labouret (1871-1964) représentant le bassin d'Arcachon et la presqu'île du Cap Ferret. Deux bustes de Charles-François Beautemps-Beaupré (1766-1854), père de l'hydrographie moderne et de Fresnel (1788-1827) physicien complètent le décor.

p { margin-bottom: 0.21cm; }

Le phare est construit à partir de 1836 sur la presqu'île du Cap Ferret. Détruit en 1944, il est reconstruit de 1946 à 1948 approximativement sur les mêmes plans que le précédent.

Le phare se présente sous la forme d'une tour légèrement tronçonique avec une partie supérieure de forme dodécagonale surmontée d'un couronnement circulaire en maçonnerie de pierre apparentes. Le corps du phare est peint en blanc, la partie supérieure est rouge.

Le soubassement donnant accès au phare a été complété à l'arrière par une salle des machines rectangulaire et reliée au phare par un couloir. La porte d'entrée est surmontée d'un fronton reprenant les dates de construction des deux phares « 1840» et «1947» encadrant un bas-relief représentant un navire, un poisson et l'étoile des phares. Le nom du phare est inscrit au-dessous.

Un ascenseur donne accès à l'ancienne salle de service.

Le feu à éclats rouges toutes les 5 secondes comme celui de l'ancien phare a une portée de 22,5 miles (un mille = 1852 mètres).

Donnée culturelle de référence

Recherche sur tout le site

Catalogue bibliothèque
Type

Moteur Collections régionales